Ce site utilise des cookies techniques ou assimilés et des cookies de profil de tierces parties sous forme agrégée pour rendre plus simple la navigation et assurer l'utilisation des services. Pour en savoir plus ou bloquer tous les cookies ou certains, consultez notre Cookie Policy. En fermant ce bandeau, vous acceptez l'utilisation des cookies.

Près
Ordre Souverain Militaire et Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem de Rhodes et de Malte.

Actualités

Le discours du Grand Maître au corps diplomatique

Rome, 09/01/2007 


Le Grand Maître de l’Ordre de Malte Fra’ Andrew Bertie, a accueilli ce matin à la Ville Magistrale à l’Aventin les Ambassadeurs des 96 Pays accrédités près l’Ordre, pour la traditionelle cérémonie du début de l’année.

Ci-dessous le discours intégral du Grand Maître

Monsieur le Doyen, Excellences, Mesdames et Messieurs,

C’est toujours avec un plaisir renouvelé que je reçois ici à l’Aventin les membres du Corps diplomatique accrédités près de l’Ordre, à l’occasion de la cérémonie traditionnelle d’échange de vœux.

Monsieur l’Ambassadeur du Honduras, Cher Doyen, j’ai vivement apprécié les vœux que vous avez bien voulu exprimer en ce début d’année au nom du corps diplomatique ; Je vous remercie des sentiments si nobles et des appréciations si élevées que vous avez prononcés, ainsi que de l’intérêt si bienveillant que vous avez marqué pour les activités de l’Ordre Souverain de Malte et je salue les Ambassadeurs qui participent à cette réunion pour la première fois.

Cette rencontre annuelle constitue pour moi et pour le gouvernement de l’Ordre un moment privilégié, car elle m’offre l’opportunité de projeter avec vous un regard sur le monde.

(Un regard sur le monde d’aujourd’hui)

L’année qui vient à peine de s’achever a connu des motifs de douleur et d’inquiétude.

Je voudrais tout d’abord exprimer à Son Excellence l’Ambassadeur des Philippines notre affection et nos prières à la suite des dévastations provoquées par le typhon Durian.

De graves évènements ont eu lieu en 2006 et continuent d’avoir lieu, tels que :

– la situation tragique dans laquelle se trouvent le Liban, la Palestine et l’Iraq ;

– le drame du Darfour, où, pour des raisons de sécurité, nous avons été dans l’obligation d’arrêter le programme de vaccination en cours.

– les meurtres répétés commis sur des jounalistes et représentants des médias, dans les zones de conflits ;

– le trafic d’êtres humains qui s’étend en Europe: des centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants tombent chaque année entre les mains de réseaux criminels, organisés et puissants, spécialisés dans la drogue, la prostitution et le commerce d’organes ;

– le danger d’affrontements entre cultures et religions, car les religions redeviennent la grande affaire de notre nouveau millénaire !

– le sort réservé aux cinq infirmières Bulgares et au médecin Palestinien, emprisonnés depuis sept ans, et aujourd’hui condamnés à mort ; nous espérons vivement une mesure de clémence ;

– et malheureusement bien d’autres encore…

Pourtant les raisons d’espérer en un avenir meilleur ne manquent pas, les signes positifs sont présents. Parmi ceux-ci, le voyage apostolique que Sa Sainteté Le Pape Benoît XVI a accompli en Turquie est certainement un évènement extraordinaire, qui comptera dans l’Histoire de l’Eglise et de l’Humanité.

(L’Ordre de Malte en 2006)

Dans le contexte de ces drames humains à répétitions, l’Ordre de Malte a poursuivi sa mission sans faiblesse dans toutes les régions où ses équipes étaient présentes auparavant ou nouvellement appelées.

Ainsi, l’Ordre a apporté son aide en priorité au cours de l’année 2006 :

En Afrique, où nos hôpitaux ont soigné sans relâche les malades atteints par le SIDA, la tuberculose, la maladie du sommeil ou la lèpre, donné des soins et soutenu psychologiquement les femmes battues ou violées, accueilli les réfugiés, tout en assurant également la distribution d’eau, la fourniture des médicaments et des vaccins ;

A noter tout spécialement l’action des équipes de l’Ordre dans les bidonvilles de Nairobi au Kenya, où presque dix pour cent des adultes sont infectés du Sida ou atteints de tuberculose: 600 000 personnes ont pu être soignées avec succès. Grâce à un accord de coopération signé entre l’Ordre de Malte, le gouvernement Autrichien et le Ministère Fédéral Allemand de la Coopération Economique et du Développement, les fonds nécessaires à la poursuite de ce projet jusqu’à fin 2009 ont été dégagés ;

En Inde, pays est durement frappé par le SIDA, où un programme semblable à celui entrepris au Kenya, sera lancé l’année prochaine ;

Au Soudan dans la province du Darfour, où l’Ordre soutient cinq dispensaires depuis 2005, qui ont permis de venir en aide à 115 000 personnes ;

En Asie, où l’Ordre est intervenu à Java, à la suite du tremblement de terre qui a eu lieu au mois de mai ;

En Egypte, où nous avons entrepris un projet sur le traitement médical de la lèpre en accord avec le Gouverneur du Caire ;

Au Vietnam, ainsi qu’aux Philippines, où nos services d’urgence sont intervenus en faveur des victimes du typhon Xangsane qui a détruit des régions entières au mois d’Octobre ;

Dans le sud du Sri Lanka, où l’Ordre a lancé un projet pilote sur la santé des populations ;

Dans l’est de la République Démocratique du Congo, où un nouveau programme médical a démarré afin de prévenir une épidémie de « mort noire » ;

En Roumanie, où à la suite des graves inondations provoquées par le Danube en 2006, l’Ordre a commencé la construction de huit puits afin d’amener de l’eau potable aux habitants de huit villages situés dans le district de Tulcea ;

Au Pakistan, où nous avons poursuivi nos actions en faveur des victimes du terrible tremblement de terre de 2005 ;

En Guinée Equatoriale, où l’Ordre est en charge d’une étude concernant l’organisation socio-sanitaire du pays ;

A la Nouvelle Orléans, où les trois Associations de l’Ordre en Amérique du Nord ont démarré, avec notre corps de secours Malteser International, un Programme de réhabilitation afin de reconstruire les maisons détruites par l’ouragan Katrina ;

En Europe Centrale et Orientale, l’Ordre est intervenu dans 13 pays, allant des interventions d’urgence lors des récentes inondations, aux services d’assistance sociale en faveur des plus démunis ;

Au Liban, où les 12 Centres médico-sociaux de l’Ordre qui fonctionnent sans discontinuer depuis 30 ans sont devenus depuis cet été le seul secours pour des milliers de réfugiés civils bloqués dans des zones inaccessibles du sud, car ils sont ouverts à tous, sur l’ensemble du territoire libanais, toutes confessions religieuses confondues. Ils sont perçus comme un havre de paix, de vérité et d’efficacité ; ils contribuent à donner Foi, courage et détermination aux populations chrétiennes minoritaires tentées de partir et d’abandonner le pays ;

En Afghanistan, où nous apportons notre aide aux familles de réfugiés dans six régions depuis 2001, en liaison avec le Haut Comité pour les Réfugiés des Nations Unies. Cependant nous devons déplorer la mort de deux de nos volontaires sur le terrain, ces dernières années, et de l’un de nos médecins en mai dernier ;

Et en Palestine, à Béthléem, où notre Hôpital Maternité de la Sainte Famille a dû absorber une augmentation de ses activités de 30 %, en raison de la crise financière qui touche le secteur public. C’est ainsi que l’Hôpital a donné naissance à 3.000 enfants en 2006, en majorité musulmans.

Sur un autre plan, celui du dialogue et de la collaboration avec les Orthodoxes, l’Ordre a offert des bourses à des jeunes prêtres Orthodoxes de Russie afin qu’ils poursuivent leurs études à Rome.

Ce sont là quelques unes seulement des principales actions que l’Ordre a été amené à effectuer l’année passée, sur le plan international. Je ne puis en effet retracer ici le travail quotidien de nos 58 Prieurés et Associations Nationales, qui sont actifs au travers de leurs corps d’assistance et de secours, de leurs hôpitaux et dispensaires. Ce serait trop long.

Afin de coordonner ses activités à la fois nationales et internationales, le Gouvernement de l’Ordre a organisé au cours de l’année plusieurs Conférences:

– A la suite de la visite d’Etat que j’ai effectuée au Cameroun sur l’invitation du Président BIA, en février, nous avons organisé une Conférence Régionale sur l’Afrique à Yaoundé, qui a porté sur l’ensemble des activités de l’Ordre en Afrique. Je tiens à nouveau à remercier chaleureusement le Président du Cameroun de son hospitalité.

– la 14ème Conférence des Hospitaliers Européens a eu lieu à Dublin au mois de mars ;

– la 6ème Conférence des Hospitaliers d’Amérique Latine et d’Amérique du Nord s’est tenue à Miami en novembre ;

– enfin, le 5 décembre nous avons organisé pour la seconde fois à Rome la conférence annuelle sur les activités de l’Ordre de Malte dans le monde . Le Liban, le Congo et l’Europe Orientale ont été au cœur de la réunion. Je voudrais vous remercier d’être venus en grand nombre assister à cette présentation, que nous renouvèlerons donc en décembre prochain.

Au cours de l’année 2007, nous avons déjà prévu :

– La Conférence des Hospitaliers Européens, à Paris ;

– La Conférence régionale sur les Amériques, à Mexico ;

– La Conférence régionale sur l’Europe Orientale, à Vienne.

Sur le plan institutionnel, je voudrais évoquer les relations excellentes et profondes que nous entretenons avec la haute hiérarchie du Saint Siège, renforcées par les fréquents et cordiaux entretiens que j’ai eus au Palais Magistral avec les membres de la Curie et avec de hautes personnalités ecclésiastiques. J’adresse tous mes vœux au Cardinal Secrétaire d’Etat et au Secrétaire pour les relations du Saint Siège avec les Etats, qui ont pris récemment leurs très hautes fonctions.

Je voudrais également souligner l’excellence de nos relations avec la chère Italie; relations qui ont connu un éclat tout particulier cette année du fait de la visite d’État que le Président Ciampi a effectuée au Palais Magistral, et aux nombreuses rencontres avec des membres du gouvernement et des parlementaires ; de plus, je suis heureux que nous ayons pu signer récemment deux accords de coopération avec le gouvernement italien, l’un avec la Protection Civile, l’autre avec le ministère de la Santé.

Sur le plan diplomatique, l’année 2006 a été marquée par les visites des chefs d’État de l’Italie, de l’Autriche, de la Hongrie, du Burkina Faso, des Seychelles, du Monténégro, du Costa Rica et de la Serbie, du Premier Ministre de la Pologne et du Directeur Général de la FAO; tandis que je me suis rendu en visite d’Etat en Bulgarie et au Cameroun. Au cours des prochaines semaines, je me rendrai à Bruxelles pour rencontrer le Président de la Commission Européenne ainsi que des membres du gouvernement de la Belgique.

Et je saisis cette occasion pour saluer le dévouement à la cause de la paix dont a fait preuve de Monsieur Kofi Annan, et souhaiter à son successeur, Monsieur Ban Ki-Moon, nouveau Secrétaire Général des Nations Unies, tous nos vœux pour le succès de sa haute mission, essentielle pour le monde actuel.

(L’humanitaire et la « spécificité » de l’Ordre de Malte)

L’activité humanitaire est devenue, tout d’un coup, d’actualité, « à la mode », trop souvent instrumentalisée au service d’intérêts politiques ou économiques. Mais simultanément, on constate que, dans de nombreux cas, l’engagement de type missionnaire, volontaire, – bénévole – est en train de disparaître, ou bien de se transformer en une activité de type entrepreneurial, progressivement sécularisée. Elle devient de plus en plus une « activité économique et sociale », de moins en moins, un « service gratuit ».

Cette tendance marque clairement la caractéristique qui différencie l’Ordre de Malte d’autres organisations humanitaires. Permettez-moi d’insister un moment sur cette question qui m’est souvent posée par les média.

Les membres de l’Ordre vivent leur foi non pas comme un instrument d’évangélisation ou de prosélytisme, mais comme un mode de vie au service des autres, des pauvres et des malades, dans un esprit d’humanité authentique qui reconnaît l’image de Dieu dans l’homme souffrant, quelle que soit sa race, son origine, sa religion.

Pour nous, ce qui compte, ce n’est pas la quantité ou la multiplicité des interventions réalisées, pas plus que le montant des sommes dépensées ou le nombre des consultations médicales données, mais l’attention portée aux malades, à chacun d’entre eux, car toujours nous nous efforçons d’être « les serviteurs des pauvres et des malades ». Ce qui compte, c’est cette « attention du cœur » avec laquelle on regarde le prochain « avec les yeux du Christ », comme le dit si bien le Saint Père dans Son Encyclique « Deus Caritas est ».

Vous le savez, nous sommes d’abord et avant tout des Hospitaliers.

L’Ordre de Malte n’est pas une organisation humanitaire comme les autres.

Sujet de droit international public, neutre, impartial et apolitique par vocation, l’Ordre est avant tout, sur le plan opérationnel, une structure transnationale, à la fois globale et décentralisée, au service des pauvres, des malades, des réfugiés et des plus démunis. Ses 12.500 membres tous bénévoles, ses 80.000 volontaires permanents et son personnel médical professionnel constitué de 11.000 médecins, infirmiers, aide soignants, secouristes, ambulanciers, forment un réseau exceptionnel, présent en permanence dans 120 pays.

L’Ordre est souverain ; il ne dépend d’aucun autre Etat ou gouvernement, et ne poursuit aucun but économique ou politique. C’est une institution dont les membres appartiennent à 45 nations réparties sur les cinq continents, qui entretient des relations diplomatiques avec le Saint Siège, l’Italie et avec 94 autres Etats, et des relations officielles avec 6 gouvernements et avec la Commission européenne; il maintient des missions d’Observateurs permanents auprès des Nations Unies et de ses principales agences.

Ce statut international est indispensable à l’Ordre pour garantir la pérennité de ses actions humanitaires, et le mettre à l’abri de toute influence ou coercition extérieure. Il lui permet également d’effectuer des médiations humanitaires discrètes, en raison du prestige et de la considération dont il jouit depuis des siècles, en faisant notamment appel aux nombreux diplomates membres de l’Ordre, et aux juristes internationaux membres des tribunaux de l’Ordre.

***
Je me rendrai au cours de cette année 2007 en Terre Sainte, dans le cadre d’un pèlerinage international que je conduirai au mois d’Octobre prochain.

Dans cet esprit je voudrais évoquer les différentes réflexions qui ont lieu depuis de longues années sur le problème des Lieux Saints, et rappeler en particulier la position du Saint Siège à l’égard de Jérusalem : ville aux trois religions, qui est également la patrie de deux peuples, Israélien et Palestinien, qui fait partie du patrimoine de l’humanité. Les pèlerins du monde entier doivent y avoir accès. Il convient donc de lui donner un statut spécial, garanti sur le plan international.

L’Ordre Souverain de Malte, pour lequel la protection des Lieux Saints a été et demeure une priorité absolue dans sa mission au service de l’Eglise et dans ses activités hospitalières et humanitaires, est à la disposition des gouvernements pour participer à toute recherche d’une solution qui n’exclue personne et qui tienne compte des aspirations et des intérêts légitimes des différents peuples concernés.

Car Jérusalem doit être un lieu permanent de recherche de paix et de réconciliation entre les religions, les peuples et les cultures.

***
Excellences,

Dans l’espoir de trouver des solutions pacifiques et équitables pour le Liban et tout le Moyen Orient, et fort de la promesse du renouveau du dialogue entre les cultures et les religions instauré par Sa Sainteté le Pape Benoît XVI, je souhaite du fond du cœur à vous tous, à vos familles, et aux peuples que vous représentez si dignement, prospérité et bien-être.

le discours du grand maitre au corps diplomatique

Ordre Souverain Militaire et Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem de Rhodes et de Malte.

Palais Magistral, Via Condotti, 68 – Rome – Italie

Tél. +39.06.67581.1 | [email protected]