Ce site utilise des cookies techniques ou assimilés et des cookies de profil de tierces parties sous forme agrégée pour rendre plus simple la navigation et assurer l'utilisation des services. Pour en savoir plus ou bloquer tous les cookies ou certains, consultez notre Cookie Policy. En fermant ce bandeau, vous acceptez l'utilisation des cookies.

Près
Ordre Souverain Militaire et Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem de Rhodes et de Malte.

Actualités

Lutter contre le paludisme et la tuberculose à la frontière Thaïlande-Myanmar

Cologne, 31/05/2012 


Depuis plus de 17 ans l’agence internationale de secours de l’Ordre de Malte pour l’aide humanitaire, Malteser International, est responsable des soins dans deux camps de réfugiés, comptant plus de 35 000 habitants, le long de la frontière entre la Thaïlande et le Myanmar. Les possibilités de revenus sont limitées et les réfugiés sont totalement dépendants de l’aide internationale en ce qui concerne le logement, la nourriture, l’éducation, l’eau et les services de santé.

Le paludisme et la tuberculose sont deux préoccupations majeures. Smith Saenkum supervise le laboratoire de Malteser International dans les camps de Mae La Oon, et Mae Ra Ma Luang, en Thaïlande. Joice Biazoto l’ai interviewé.

Comment fonctionne le programme de formation des techniciens de laboratoire ?

Chaque année, nous recrutons au sein des écoles des camps les élèves qui ont les meilleures notes et nous les invitons à s’inscrire au programme. L’année dernière, environ 70 candidats ont participé aux examens et 10 d’entre eux ont été sélectionnés pour devenir techniciens de laboratoire. Ils ont été formés sur 18 sujets différents au total : depuis la conduite de tests de laboratoire de base – tels que les examens d’urine ou de selles et les tests de grossesse – au dépistage du paludisme, de la tuberculose et du VIH.

Quel est le principal de votre travail dans le laboratoire?

Le principal test que nous pratiquons dans notre laboratoire dans les camps de Mae La Oon / Mae Ra Ma Luang est le test de paludisme. Nous réalisons quotidiennement environ 20 tests de paludisme en basse saison; en haute saison, nous testons jusqu’à 100 échantillons par jour pour le paludisme. Nous menons également des enquêtes sur le paludisme, pour ce faire nous étudions l’historique des pics et analysons les données. Dans les camps, nous avons habituellement près de 250 patients atteints de paludisme chaque année.

Votre travail contribue aussi à la prévention du paludisme ?

Actuellement, environ 10% des personnes soumises au dépistage ont le paludisme – ce nombre est assez élevé. Afin d’améliorer cette situation, nous avons mené des campagnes contre le paludisme avant la saison des pluies. En juin dernier (2011), nous avons pu réaliser 3 000 dépistages. C’est une bonne méthode pour endiguer le paludisme avant la haute saison. En plus des dépistages, nous travaillons également directement sur la prévention, et nous éduquons la population. Nous leur disons d’utiliser des moustiquaires, comment reconnaître les premiers symptômes de la maladie, et nous leur recommandons de se faire examiner régulièrement.


Quel a été l’un de vos plus grands défis à ce jour ?

En termes de maladies, la tuberculose a été un défi dans le passé. Cette année, nous allons inviter plus de gens à venir se faire dépister, et nous allons travailler en étroite collaboration avec les agents de santé de la communauté ainsi que le personnel des cliniques afin de s’assurer que chaque personne présentant des symptômes de la tuberculose soit envoyée à notre laboratoire.

lutter contre le paludisme et la tuberculose a la frontiere thailande myanmar 2

Ordre Souverain Militaire et Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem de Rhodes et de Malte.

Palais Magistral, Via Condotti, 68 – Rome – Italie

Tél. +39.06.67581.1 | [email protected]