Ce site utilise des cookies techniques ou assimilés et des cookies de profil de tierces parties sous forme agrégée pour rendre plus simple la navigation et assurer l'utilisation des services. Pour en savoir plus ou bloquer tous les cookies ou certains, consultez notre Cookie Policy. En fermant ce bandeau, vous acceptez l'utilisation des cookies.

Fermer
Ordre Souverain Militaire et Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem de Rhodes et de Malte.
*

Actualités

Discours du Lieutenant de Grand Maître S. E. Fra’ Marco Luzzago au Corps diplomatique accrédité près l’Ordre souverain de Malte

21/01/2021 


Palais magistral, 21 janvier 2021

Monsieur le Doyen, Excellences, Mesdames et Messieurs,
En raison de la pandémie qui a frappé le monde entier, la traditionnelle audience avec le corps diplomatique n’a pu avoir lieu cette année. J’en suis particulièrement désolé. Cela aurait été pour moi la première occasion de vous rencontrer en personne. J’espère que cela pourra se faire dans un futur proche.

Je remercie l’ambassadeur du Cameroun, Son Excellence Antoine Zanga, Doyen du Corps diplomatique, présent aujourd’hui en tant que représentant de tout le Corps diplomatique accrédité près l’Ordre souverain de Malte. Vos mots, Monsieur l’Ambassadeur, sont une invitation à faire face avec confiance aux défis que cette nouvelle année nous présentera. Je souhaite adresser également de chaleureuses salutations aux nouveaux ambassadeurs d’Arménie, de Géorgie, de Lettonie, de Thaïlande, de Bosnie-Herzégovine, du Liban, de l’Équateur et du Kazakhstan, qui ont présenté leurs lettres de créance au cours de l’année 2020 et ceux de Colombie, du Nicaragua, d’Estonie et de l’Union européenne qui ont présenté leurs lettres de créance cette semaine.

Je profite de cette occasion pour adresser une pensée émue au Prince et Grand Maître Fra’ Giacomo Dalla Torre del Tempio di Sanguinetto, décédé le 29 avril dernier. Au cours des deux années pendant lesquelles il a occupé les hautes fonctions de Grand Maître, il a su conduire l’Ordre avec un engagement, une clairvoyance, un esprit de service et une humilité remarquable. Nous avons non seulement perdu un homme de Dieu mais aussi un Grand Maître qui, avec sa simplicité mais surtout par son exemple, ses mots et ses gestes a su donner harmonie et sérénité. Les jours qui ont précédé sa mort, il a beaucoup regretté de ne pas être en mesure de porter à son terme la réforme de la Constitution et du Code qui avait été au centre de son travail. Son héritage illuminera la route que nous parcourrons ensemble, sous le signe de la foi et de l’espoir. Ma pensée reconnaissante va ensuite à Fra’ Ruy Gonçalo do Valle Peixoto de Villas-Boas qui a pris la tête de l’Ordre de Malte à la mort de Fra’ Giacomo en tant que Lieutenant intérimaire dans une période très intense et complexe.

Nous laissons derrière nous une année résolument difficile et en affrontons une encore pleine d’incertitudes. Aux tensions et aux conflits du monde, aux problèmes de nouveau croissants de la faim, à la dégradation de l’environnement, à la question des réfugiés et de ceux qui fuient la guerre, le terrorisme et la faim, aux nombreuses formes de violence qui humilient et offensent la dignité humaine, s’ajoute la pandémie de Covid-19 et ses effets dévastateurs sur la santé et sur l’économie de nombreuses nations. Des effets qui ont fortement frappé le monde occidental industrialisé, mais encore plus durement les pays pauvres et les personnes les plus fragiles : les pauvres, les handicapés et les personnes âgées, surtout les personnes âgées seules. Les données sur les contagions et sur les personnes décédées, en constante et inexorable augmentation, sont accablantes.

La Covid-19 représente un défi historique pour nous tous. Le Saint-Père a été clair à ce sujet lorsqu’il a dit, sans détours, que nous sommes tous dans le même bateau et que personne ne se sauve seul. La crise pandémique a accentué encore plus les graves inégalités sociales, accélérant le fossé entre les personnes aisées et les personnes pauvres en termes d’accès aux soins médicaux et de ressources économiques pour faire face à la crise. C’est le moment de prendre acte que, face à une crise qui ne connaît pas de frontières et n’opère pas de distinctions, ces inégalités sont intolérables et qu’un nouveau modèle social fondé sur la solidarité et sur le respect de la dignité de chaque individu est donc un impératif éthique.

Nous devons tous œuvrer pour renforcer la collaboration internationale qui doit se fonder sur une confiance renouvelée les uns dans les autres, en particulier en relançant un système multilatéral qui soit efficace et partagé. Le multilatéralisme est la meilleure garantie pour assurer la paix, un développement économique et social harmonieux et pour protéger aussi les États les plus petits, la nécessité étant qu’il soit adapté aux temps modifiés d’aujourd’hui.

****

La pandémie n’a pas freiné l’œuvre caritative de l’Ordre de Malte qui est à la base de notre action. La première préoccupation que nous avons eue a été celle de sécuriser nos projets dans le monde, en protégeant en premier lieu nos agents et les bénéficiaires. Nous avons de cette façon pu éviter d’interrompre notre action humanitaire. Nombre des projets socio-sanitaires menés dans les 120 pays où œuvre l’Ordre de Malte ont été élargis et/ou transformés en programmes de prévention et de soin des malades de Covid. Dès le début de la pandémie l’an dernier, les Grand Prieurés, les Associations et nos corps de bénévoles et de secours en Italie, Allemagne, France, Autriche, Hongrie, Irlande et dans de nombreux autres pays, se sont employés à soutenir les systèmes sanitaires nationaux. Des hôpitaux et des unités Covid ont été ouverts et de nombreux hôpitaux existants, gérés par l’Ordre de Malte, ont été sécurisés et dans certains d’entre eux ont été ouverts des pavillons pour les malades de Covid. Des programmes d’assistance et de livraison de biens de première nécessité pour les personnes en isolement ont été activés, ainsi que des services de transport pour les patients et des programmes de soutien psychologique pour les malades et les familles des malades. De nombreuses associations ont réussi à poursuivre les visites à domicile de routine, garantissant une assistance médicale aux personnes âgées, très souvent isolées et contraintes de vivre dans la solitude cette phase si complexe. Pour nos structures qui hébergent des personnes âgées – je pense aux plus de 70 résidences en Angleterre, par exemple, et aux nombreuses structures en Allemagne – il s’est agi d’un travail particulièrement délicat où il a été nécessaire d’interrompre les visites des parents et amis et de garantir en parallèle la possibilité de contact humain à travers des outils technologiques. Cela a comporté une refonte des activités quotidiennes, un investissement sur la formation du personnel et l’introduction de nouveaux instruments.

Dans de nombreux pays d’Asie et d’Afrique ont été réalisées des campagnes de sensibilisation et ont été améliorés les services d’hygiène et les infrastructures pour accéder à l’eau courante. C’est le cas de beaucoup de nos projets au Myanmar, en Thaïlande et au Cambodge où des activités de prévention Covid-19, parmi lesquelles des campagnes d’information, la distribution d’articles pour l’hygiène, des stations pour le lavage des mains et des tests, se sont ajoutées aux programmes que l’Ordre mène dans ces pays depuis de nombreuses années, par exemple dans la lutte contre la maladie de Hansen et d’autres maladies oubliées. En Afrique, en République Démocratique du Congo, le matériel sanitaire acheté pour répondre au virus Ebola a été réattribué aux patients Covid-19. Au Soudan du Sud, ont été réalisés des projets pour encourager la prévention.
Nombre de ces programmes ont été réalisés grâce au travail de nos missions diplomatiques dans les pays accrédités.

Les vaccins contre la Covid-19 représentent l’espoir concret de revenir à une vie normale. Il faut cependant que ces vaccins puissent être distribués dans de brefs délais dans le monde entier et sans compétitions commerciales à l’échelle mondiale, dans l’esprit de l’implorante exhortation du Pape François dans sa dernière lettre Encyclique “Fratelli Tutti” pour que “personne ne soit délaissé”. Comme l’a rappelé le Grand Chancelier Albrecht Boeselager dans son intervention à l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre “L’Ordre de Malte partage et soutient avec force les mots du pape François et l’appel lancé en mars dernier par le président allemand Steinmeier et quatre autres chefs d’État. Nous croyons qu’une distribution équitable, ample et rapide du vaccin dans le monde est non seulement éthique mais aussi essentielle du point de vue scientifique pour contenir les possibles nouvelles vagues de la pandémie”.

Sur le plan diplomatique et scientifique, l’Ordre de Malte a contribué à promouvoir une meilleure connaissance du virus, des mesures de limitation et des thérapies. Le projet “Doctor to Doctor“, une plateforme virtuelle que nous avons imaginée en mars, consiste en un réseau d’experts, liés à l’Ordre, dans le domaine de l’épidémiologie et de la virologie. Ces derniers rencontrent périodiquement en ligne des médecins et autorités politiques et sanitaires de pays du Moyen-Orient, d’Afrique, d’Amérique centrale ou du Sud, pour échanger sur les meilleures pratiques et les derniers progrès de la recherche médicale. Jusqu’à maintenant, nous avons tenu plus d’une douzaine de rencontres. La dernière a eu lieu avec Gaza, où la situation est dramatique : un tiers de la population apparaît actuellement positive et les infrastructures sanitaires sont complètement insuffisantes. À ces rencontres participent régulièrement certains de nos ambassadeurs des pays où nous sommes présents, comme la Palestine, la Jordanie, le Liban. Vers eux, comme vers les nombreux médecins et scientifiques qui consacrent temps et ressources à cette initiative, vont mes sincères remerciements. Comme l’a récemment rappelé notre Grand Hospitalier, Dominique de La Rochefoucauld-Montbel, dans son intervention à la Session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies, au sujet de cette menace sanitaire mondiale : “Les organisations internationales et intergouvernementales, de pair avec la société civile, ont le devoir de favoriser le dialogue et de promouvoir l’échange d’informations sur les résultats atteints”.

Le nombre de personnes qui dans le monde souffrent de la faim est en augmentation précisément à cause de la pandémie qui a frappé durement l’économie informelle de nombreux pays émergents et a mis à genoux les pays qui vivent du tourisme. La pandémie a pénalisé tous les pays mais en particulier ceux qui ne peuvent pas avoir recours à la dette pour soutenir l’emploi et l’économie. Il est évident que notre action humanitaire est plus nécessaire que jamais. Précisément pour endiguer ce phénomène, l’Ordre de Malte a nommé l’an dernier un Envoyé spécial pour les nouvelles formes d’exclusion, avec la mission d’analyser les nouvelles causes à l’origine de handicap, marginalisation, solitude, maladies rares.

Malgré les grandes limitations imposées par la pandémie, nos structures nationales ont réussi à poursuivre leurs activités de distribution de repas aux personnes défavorisées, fournissant des livraisons à domicile de denrées alimentaires et de biens de première nécessité. Je pense par exemples aux projets “Meals on wheels” en Lituanie et en Hongrie. Outre-Atlantique également ont été activés des programmes pour la distribution de produits alimentaires non périssables aux résidents des quartiers marginalisés des villes de République dominicaine, dans les villages marginalisés au Pérou, en Uruguay et à Porto Rico. En Australie et aux États-Unis ont été renforcées toutes les activités qui prévoient le soutien aux personnes les plus pauvres et la distribution de denrées de base et de produits hygiéniques.

***

A ce cadre si complexe et délicat, s’ajoutent les conflits qui perdurent dans de nombreuses régions du monde. De la région tourmentée de la corne et du Centre-Afrique avec la crise au Tigré en Éthiopie, aux affrontements en République démocratique du Congo ; et dans le grand Moyen-Orient en commençant par le Yémen où ne semble pas être vouée à diminuer la très grave crise humanitaire en cours depuis des années, et la Syrie où dix années de guerre ont détruit une terre riche d’histoire et de culture, lacérant un tissu millénaire de cohabitation pacifique et de dialogue entre les différentes religions. Nous ne pouvons pas oublier les conflits non résolus et les tensions en cours dans la région du Caucase, en particulier dans le Haut-Karabakh qui a récemment subi des actions militaires ayant provoqué mort et destruction, et en Géorgie. Je tiens, dans ce cas également, à lancer un appel vibrant au plein respect des droits de l’Homme.

Au Moyen-Orient et en Terre Sainte nous avons consacré l’an dernier une conférence à laquelle ont participé nos représentants diplomatiques ainsi que beaucoup de nos opérateurs à la tête de nos projets dans la région. L’exode des chrétiens nous préoccupe, non seulement parce qu’il s’agit du berceau du christianisme mais surtout parce que les chrétiens se sont révélés être un important facteur de dialogue entre les différentes confessions religieuses de la région. Le Saint-Père se rendra en mars en Irak où l’hémorragie chrétienne a encore augmenté après les violences subies ces dernières années.

En Irak précisément, depuis 2014, dans les régions du Kurdistan et de l’Irak central, notre agence humanitaire internationale, Malteser International, travaille pour fournir une assistance médicale à la population locale et aux déplacés. Une attention particulière est portée à l’assistance médicale, psychologique et sociale des personnes traumatisées par des années de violences et de persécutions. Nous soutenons en outre des programmes de sécurité alimentaire et des formations sur la production agricole et nous sommes toujours plus impliqués dans la reconstruction des habitations et des infrastructures de la région.

Au Liban également, notre action continue avec une présence toujours plus incisive. Notre association, avec son réseau de centres d’assistance et de cliniques mobiles, soigne toutes les personnes dans le besoin, indépendamment de leur confession religieuse, prévenant ainsi la naissance d’éventuelles tensions inter-ethniques. Nous savons que le Liban a dû faire face à une des périodes les plus tragiques de son histoire récente, avec une très grave crise économique et sociale, aggravée par la pandémie et qui a culminé en août dernier avec l’explosion dévastatrice qui a frappé Beyrouth. C’est avec une profonde reconnaissance que je souhaite rappeler la très précieuse contribution de notre association et de ses membres et bénévoles, engagés chaque jour dans tout le pays. Récemment, l’Ordre de Malte a aussi lancé des programmes dans le secteur agricole pour soutenir les petites entreprises locales.

Je tiens aussi à souligner le remarquable travail de nos médecins de l’hôpital de la Sainte Famille à Bethléem. De 1990 à aujourd’hui, quelques 90 000 enfants ont vu le jour dans notre structure qui, même pendant les confinements imposés dans la région, a continué à garantir des soins médicaux aux femmes enceintes et aux nouveau-nés hospitalisés en thérapie intensive. La Sainte Famille est le seul hôpital de la région en mesure de soigner les enfants prématurés ou ayant de graves maladies congénitales grâce à une unité néonatale moderne de soins intensifs. Les cliniques mobiles de l’hôpital ont également une fonction essentielle puisqu’elles visitent régulièrement les zones désertiques proches de Bethléem. Ces derniers mois, la zone desservie s’est encore élargie sur demande du Ministère de la santé palestinien.

Protéger les droits des minorités reste un impératif dans une époque où le risque d’un retour à la logique du pouvoir, du nationalisme et du populisme au détriment de la logique du dialogue est croissante. Nous, hommes de paix, sommes appelés à faire entendre notre voix pour garantir les droits de tous et de toutes les minorités, le respect de la dignité humaine, la coopération internationale et la solidarité. Et c’est précisément l’esprit avec lequel Malteser International développe ses projets au Bangladesh pour protéger la minorité Rohingya, depuis des années sujette à des discriminations et des persécutions. Son action se concentre sur les secteurs de la santé mère-enfant, de l’hygiène, de la nutrition et du soutien psychologique et social.

***

Comme vous le savez, l’Ordre de Malte prête une grande attention à l’urgence environnementale. Les actualités des derniers mois, avec les incendies continus en Australie, les ouragans Eta et Iota qui à la fin de l’an dernier ont dévasté l’Amérique centrale et en particulier le Guatemala, le Honduras, le Nicaragua et le Costa Rica, sont connues de tous. L’élévation du niveau des eaux des mers risque de faire disparaître des îles et des États entiers. La dégradation environnementale est un dommage pour la santé, menace les moyens de subsistance des personnes, détériore la qualité de la vie. Des populations entières sont contraintes de quitter leurs terres, non seulement à cause de conflits, mais aussi en raison des conditions météorologiques qui rendent la vie extrêmement difficile, voire impossible. Conscient que, comme a mis en garde le pape François dans l’Encyclique “Laudato Sì” les changements climatiques sont un problème mondial ayant de graves implications environnementales, sociales, économiques, distributives et politiques, l’Ordre de Malte soutient différents projets dans cette optique. Je cite le cas de l’Ouganda où, dans le nord du pays, l’agence internationale de secours de l’Ordre de Malte, a favorisé des constructions à émission zéro à travers la production de panneaux de haute qualité réalisés avec de la paille de riz, c’est-à-dire zerò déchet. De cette façon, en plus de la mise en œuvre des mesures de tutelle environnementale, ont été créés de nouveaux emplois pour les réfugiés du Soudan du Sud et la communauté locale. En Inde aussi, Malteser International a mis en œuvre un projet visant à améliorer la sécurité alimentaire et à renforcer la résilience des communautés défavorisées contre la sécheresse du Désert du Thar, au Rajasthan, qui a favorisé une réduction significative des taux migratoires.

***

En ces jours si profondément marqués par la crise provoquée par la pandémie, mes pensées se tournent vers l’urgence migratoire dans les Balkans. Après l’énorme incendie qui a ravagé ces derniers jours le camp temporaire de réfugiés de Lipa, dans le nord-ouest de la Bosnie, une tragédie se déroule sur la route des Balkans. Des milliers de personnes sont entassées dans des camps de réfugiés improvisés, surpeuplés et inadaptés. Les services essentiels font défaut et les conditions d’hygiène sont très mauvaises. De nombreux migrants sont contraints de vivre dans le froid, avec des températures désormais inférieures à zéro. Fuyant la guerre et la pauvreté, ces personnes venues d’Afghanistan, du Pakistan, d’Irak, de Syrie, – en direction de l’Europe du Nord – sont aujourd’hui dans une sorte de “limbes”, sans assistance humanitaire, victimes de ces politiques de rejet qui n’ont fait que créer des catastrophes ces dernières années.

Il est inacceptable que ces pauvres gens soient exploités et maltraités afin de décourager d’autres personnes d’émigrer.

L’Ordre de Malte réitère avec force la nécessité de développer une stratégie d’admission et d’asile qui se concentre sur le respect de la dignité humaine et des droits de l’homme. Nous pensons qu’une position collective et une initiative institutionnelle immédiate sont nécessaires pour sauver ces personnes et pour définir des règles communes pour les pays européens qui doivent gérer les flux migratoires. Nous le disons depuis des années : la migration est un phénomène mondial qui nécessite une approche coordonnée et transnationale.

Ces dernières années, l’action de l’Ordre souverain de Malte s’est beaucoup concentrée sur l’assistance aux migrants dans leurs pays d’origine, de transit et de destination et dans la lutte contre la traite d’êtres humains. Un phénomène odieux, ce dernier, dans lequel est fortement impliquée la criminalité internationale. Le sujet des migrations est en outre étroitement lié au phénomène criminel de l’esclavage moderne qui frappe principalement les régions les plus pauvres d’Afrique, d’Europe de l’Est, d’Amérique latine et d’Asie du Sud-Est. La crise issue de la pandémie a encore aggravé la situation : les limitations de déplacements, la fermeture des frontières et la réduction des services publics et sociaux sont tous des facteurs qui augmentent la vulnérabilité des personnes victimes des trafiquants d’êtres humains, les exposant à toutes les formes de traite comme le travail forcé, les mariages forcés, la maternité forcée, la vente des enfants, la prostitution, la contrainte au crime, le prélèvement forcé d’organes. Depuis plusieurs années, l’Ordre de Malte travaille sur ce front avec deux Ambassadeurs extraordinaires, à Genève et à Lagos, engagés dans la sensibilisation de l’opinion publique sur la traite des êtres humains et dans le combat de ce phénomène inhumain.

Les migrations restent l’un des grands sujets d’intérêt de l’Ordre de Malte à la fois sur le plan diplomatique que sur celui des opérations de sauvetage en mer, de l’assistance, de l’intégration des réfugiés et des migrants. Des milliers de migrants dans le monde meurent chaque année pendant leur voyage, nombre d’entre eux noyés en Méditerranée. La gestion et la coordination des grands flux migratoires sont donc urgentes. A ce sujet, le Grand Chancelier a récemment signé avec le ministre des transports italien un accord qui renouvelle la présence d’équipes de médecins du Corps italien de secours de l’Ordre, sur les embarcations de la Garde côtière italienne dans l’activité de premiers secours aux migrants sauvés en mer. Une activité qui vient élargir la collaboration bilatérale pour la sauvegarde des vies humaines en mer et renforce encore l’accord international de 1991 entre la République italienne et l’Ordre souverain de Malte en matière d’assistance en cas de graves urgences déterminées par des événements naturels ou dus à l’activité de l’homme.

2020 a été par ailleurs une année importante pour notre Corps italien de secours (CISOM) qui a fêté ses 50 ans d’éxistence.

***

Naturellement l’activité diplomatique bilatérale de l’année dernière a subi les effets de la pandémie mais de nombreux moments significatifs méritent d’être rappelés : la visite officielle en janvier dernier du Grand Maître Fra’ Giacomo Dalla Torre au Bénin où l’Ordre de Malte France dirige l’hôpital régional de Djougou; la visite des Présidents de la République de Malte et de Hongrie au mois de février; l’établissement des relations diplomatiques avec l’Estonie en mars; la ratification des Accords de coopération avec l’Arménie, le Panama et l’Ukraine; la nomination en décembre de l’observateur permanent de l’Ordre auprès du Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturel (ICCROM) dont le siège est à Rome.

Un exemple significatif de diplomatie multilatérale dans laquelle nous sommes engagés concerne la liberté de religion. L’Ordre a été invité à faire partie, en tant qu’observateur, de l'”International Religious Freedom and Belief Alliance” (IRFBA), un groupe de plus de trente pays, constitué en février dernier par le Département d’État des États-Unis et engagé sur le thème de la liberté de religion dans le monde. Le 17 novembre, le Grand Chancelier a participé à la réunion en ligne de l’organisation et a réaffirmé l’engagement de l’Ordre dans la promotion de la liberté de religion et la facilitation du dialogue et de la compréhension entre les religions.

La présentation du document “Religions in action“, sur lequel nous avons travaillé longtemps avec un groupe sélectionné d’experts religieux, chrétiens et musulmans, a été reportée à 2021 en raison de la pandémie. Ce document contient les principes et lignes directrices sur le rôle que les communautés et les institutions religieuses peuvent jouer pour contribuer à résoudre les situations de crises, en réduire les effets sur les populations concernées et améliorer la fourniture et la distribution des aides humanitaires.

***

Excellences, chers ambassadeurs, mon élection comme Lieutenant de Grand Maître a été pour moi inattendue. J’ai accepté l’élection du 8 novembre dernier avec un esprit de service, promettant de consacrer toute ma personne à cette haute charge, conscient des responsabilités qu’elle comporte même si sa durée est d’une année. Comme j’ai eu l’occasion de le dire dans mon discours tout de suite après mon élection, au centre de mon travail se trouve la réforme de la Charte constitutionnelle et du Code.

Mon objectif est de convoquer un Chapitre général extraordinaire, qui aura le devoir d’approuver la réforme, d’ici la fin de mon mandat. Au cœur des modifications se trouvent la Première Classe des membres de l’Ordre et la nécessité de mettre à jour les règles qui gouvernent la vie des religieux de l’Ordre depuis la dernière révision du Code de Droit canon qui remonte à 1983.
D’autres aspects importants qui seront mis à jour par la réforme sont la révision des conditions pour l’éligibilité du Grand Maître et l’amélioration dans les structures gouvernementales et régionales de l’Ordre.

Pour conclure, je souhaite rappeler la figure du fondateur de notre Ordre, le Bienheureux Gérard, qui au XIè siècle à Jérusalem fonda le premier hôpital pour les pèlerins qui arrivaient en Terre Sainte, mais qui offrait des soins aux habitants de toutes les autres fois, fait extraordinaire pour l’époque. En 2020, l’Ordre de Malte dans le monde entier a célébré l’anniversaire des neuf siècles de sa mort. Je vous assure que son enseignement et son exemple sont plus vivants que jamais chez les membres de l’Ordre de Malte.

En remerciant les Ambassadeurs accrédités près l’Ordre souverain de Malte pour la précieuse contribution apportée chaque jour à la promotion des valeurs partagées de la paix, l’humanité et l’aide aux personnes dans le besoin, je souhaite de tout mon cœur que 2021 nous apporte à tous et au monde entier de nouveaux espoirs de paix et un futur plus lumineux.

discours lieutenant de grand maitre corps diplomatique ordre de malte

Ordre Souverain Militaire et Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem de Rhodes et de Malte.

Palais Magistral, Via Condotti, 68 – Rome – Italie

Tél. +39.06.67581.1 | [email protected]