Ce site utilise des cookies techniques ou assimilés et des cookies de profil de tierces parties sous forme agrégée pour rendre plus simple la navigation et assurer l'utilisation des services. Pour en savoir plus ou bloquer tous les cookies ou certains, consultez notre Cookie Policy. En fermant ce bandeau, vous acceptez l'utilisation des cookies.

Fermer
Ordre Souverain Militaire et Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem de Rhodes et de Malte.

Actualités

Discours du Lieutenant de Grand Maître Fra’ Marco Luzzago au Corps diplomatique accrédité auprès de l’Ordre souverain de Malte

11/01/2022 


Le Lieutenant de Grand Maître Fra’ Marco Luzzago a tenu aujourd’hui l’Audience de début d’année avec le Corps Diplomatique accrédité auprès de l’Ordre souverain de Malte, qui s’est tenue sous une forme réduite en raison de la pandémie. La rencontre avec le doyen du corps diplomatique a eu lieu à la Villa Magistrale à Rome et a été retransmise en direct.

Après le discours du Doyen du Corps Diplomatique, l’Ambassadeur Antoine Zanga du Cameroun, le Lieutenant de Grand Maître a prononcé son allocution que nous retransmettons intégralement ci-dessous.

Monsieur le Doyen, Excellences, Mesdames et Messieurs,

Cette année encore la pandémie nous a contraints à tenir sous une forme réduite la traditionnelle audience avec le Corps diplomatique accrédité. Cependant, la technologie me permet de m’adresser directement à vous qui suivez ce rendez-vous à distance.

Je souhaite remercier l’Ambassadeur du Cameroun, Son Excellence Antoine Zanga, Doyen du Corps diplomatique, présent aujourd’hui pour représenter l’ensemble du Corps diplomatique accrédité auprès de l’Ordre souverain de Malte, pour ses mots et ses réflexions.

Le souhait de tous est que l’année qui vient de s’ouvrir marque aussi le début de la fin de cette longue période difficile, marquée par l’incertitude et l’instabilité causées par une crise mondiale qui nous place tous “dans le même bateau”, comme le rappelle souvent le pape François.

Les données sur l’évolution épidémiologique de la pandémie nous disent que cette crise sanitaire et sociale n’est malheureusement pas terminée, tandis que les données de la Banque mondiale enregistrent une forte récession de l’économie mondiale causée par la pandémie. Cette donnée est d’autant plus décourageante si nous considérons l’important fléchissement enregistré dans les dernières décennies du pourcentage de population en situation d’extrême pauvreté, passé de 60% en 1970 à 9,2% en 2017.

L’inégalité dans la distribution de la richesse, constatée depuis des décennies, s’est accentuée, poussant de plus en plus les pauvres en marge de la société et jetant dans la misère des millions de familles. Après 20 ans, la pauvreté a recommencé à croître à l’échelle mondiale. Le nombre total de nouveaux pauvres en raison de la Covid-19 est estimé à environ 125 millions de personnes.

Les effets de cette inégalité croissante sont sous nos yeux. En l’absence d’une vaccination disponible pour tous les pays du monde, la Covid non seulement se répand parmi les personnes non protégées qui n’ont pas été atteintes par le virus mais est en train de muter, avec de nouveaux variants qui menacent tous les pays sans distinction.

Le taux de vaccination dans de nombreux pays du Sud du monde est encore dangereusement au-dessous de l’objectif des 40%. Le résultat est qu’aujourd’hui encore, 3% seulement des personnes dans les pays à faible revenu sont complètement vaccinées, tandis que ce nombre dépasse les 60% aussi bien dans les pays à haut revenu que dans ceux à revenu moyen. Une tendance en rien visionnaire face à une menace sanitaire transversale qui ne fait pas de distinctions et frappe sans discrimination. Ce sujet a été au centre de nombreuses rencontres Doctor to Doctor que, depuis presque deux ans, l’Ordre de Malte organise avec des ministres, des responsables de politiques sanitaires et médicales de différents pays européens, du Moyen-Orient, d’Asie et d’Amérique centrale et du Sud, avec l’objectif de promouvoir une meilleure connaissance et gestion du virus. Nous sommes convaincus que la meilleure approche possible pour venir à bout de ce défi mondial est une réponse unie et transversale. L’Ordre de Malte lance encore une fois un appel : que fraternité et éthique soient placées au centre pour guider la “diplomatie des vaccins” afin que personne ne soit laissé pour compte.

Certains changements que nous sommes en train de vivre sont inévitables : les systèmes économiques ont été durement frappés, la nécessité de raccourcir la chaîne de valeur mondiale présente de nouvelles inconnues, les relations commerciales ont changé et les équilibres géopolitiques ont été bouleversés. Le monde est de plus en plus coupé en deux entre ceux qui défendent les valeurs de la démocratie et ceux qui, au contraire, adoptent des attitudes autoritaires et contraires aux droits fondamentaux. Ce n’est pas un hasard si la nécessité de défendre avec vigueur les principes de la démocratie et des droits humains est revenue sur les devants de la scène.

Je souhaite souligner la place centrale de l’individu face à une omniprésence des outils technologiques. Le droit à la connaissance et à la transparence ne doit jamais vaciller face au développement croissant du secteur de l’intelligence artificielle.

Dans ce cadre d’inconnues, de fragilité et d’incertitudes, l’Ordre souverain de Malte renouvelle chaque année sa mission millénaire exprimée dans sa devise fondatrice Tuitio Fidei et Obsequium Pauperum, témoigner de la foi et assister les pauvres. Tandis que nos 80 000 bénévoles, 42 000 employés et 13 500 membres œuvrent dans chaque coin de la planète pour apporter soulagement et réconfort à ceux qui en ont besoin, le réseau diplomatique de l’Ordre est activement engagé à définir et créer de nouvelles synergies pour promouvoir le respect et le caractère sacré de chaque individu et l’application des droits de l’homme établis par les Conventions de Genève. La collaboration entre les différents acteurs du domaine humanitaire reste essentielle. L’Ordre de Malte croit fermement que les personnes animées par les valeurs d’une inspiration sincère à la paix et à la protection de la dignité humaine doivent s’unir pour faire face aux enjeux du millénaire. Dans cet effort, le rôle des leaders religieux est fondamental.

Soutenir le rôle des institutions humanitaires, faciliter le dialogue interreligieux, en particulier au Moyen-Orient, et promouvoir les lois humanitaires internationales et les droits humains font partie de nos objectifs principaux. Comme l’a rappelé récemment le pape François : “Quand les pauvres sont rejetés, on rejette la paix. L’histoire enseigne que fermetures et nationalismes portent à des conséquences désastreuses”.

En réponse aux mouvements xénophobes et populistes croissants, l’Ordre de Malte a lancé d’innombrables appels à la communauté internationale pour soutenir la dignité humaine et les droits de l’homme et pour fustiger l’inégalité croissante, fille de la crise pandémique, mais pas seulement. Il est évident pour tous que la lutte contre le changement climatique doit rester un objectif prioritaire et partagé : le récent accord conclu à Glasgow nous donne l’espoir que, unis, nous réussirons à contenir l’augmentation apparemment inexorable des températures qui est en train de modifier la géographie, la richesse et la biodiversité de notre planète, menaçant de plus en plus les communautés les plus fragiles.

*********

C’est avec une grande préoccupation que nous suivons la crise qui a éclaté ces derniers jours au Kazakhstan et les nouvelles dramatiques des frontières polonaises et biélorusses où, depuis des mois désormais, des milliers de migrants sont bloqués, victimes d’un face-à-face politique. Leurs conditions se sont encore aggravées avec l’arrivée du froid hivernal. Notre organisation allemande et notre ambassade à Minsk sont intervenues pour soutenir les opérations d’assistance de la Caritas. Nourriture et biens de première nécessité sont distribués aux migrants. Instrumentaliser les migrants à des fins politiques est absolument inacceptable.

Et c’est avec une grande préoccupation aussi que nous suivons l’évolution de la situation en Afghanistan qui, depuis août, occupe de nouveau les pages des journaux avec la fuite de milliers de personnes. Dans son intervention à la trente-et-unième session spéciale du Conseil pour les Droits de l’homme des Nations Unies sur la situation en Afghanistan à Genève, la Mission de l’Ordre a souligné la nécessité de mettre en œuvre “des efforts vers un processus de paix et de réconciliation inclusive”. L’organisation albanaise de l’Ordre de Malte, en coordination avec le Ministère des Affaires étrangères de Tirana, est activement engagée dans l’assistance aux réfugiés afghans. Certaines délégations italiennes et notre organisation de secours en Lituanie ont aussi œuvré pour accueillir et aider plusieurs familles afghanes.

2021 a marqué la dixième année de guerre en Syrie. Avec un bilan d’environ 600 000 victimes et plusieurs milliers de déplacés, c’est devenu le conflit le plus mortel du vingt-et-unième siècle. Depuis le début de la guerre civile, Malteser International, l’agence internationale de secours de l’Ordre de Malte, travaille à fournir une assistance humanitaire, de l’eau et des services d’hygiène dans les camps pour déplacés, en plus de soins médicaux d’urgence et d’un soutien psycho-social. La situation est rendue encore plus dramatique par la diffusion de la Covid-19. C’est pourquoi nos structures se sont employées à fournir aux hôpitaux de l’oxygène et des dispositifs de protection individuelle et à organiser des campagnes de sensibilisation pour réduire les contagions.

Les conflits gelés, de fait non résolus, qui continuent de créer des tensions, sont nombreux. Je me dois, dans ce cas également, de faire appel au plein respect des droits de l’homme.

La présence de l’Ordre dans la région du Moyen-Orient reste très ancrée. En Irak, notre agence internationale de secours a mis en œuvre un projet d’une valeur de 30 millions d’euros pour soutenir le retour des communautés déplacées en raison des persécutions dans la Plaine de Ninive. En plus de fournir un quotidien durable et digne à travers la reconstruction des maisons endommagées, Malteser International a garanti des aides en argent et un soutien au développement entrepreneurial pour améliorer les moyens de subsistance et promouvoir le développement économique des familles.

*********

Protéger les droits des minorités reste un impératif à une époque où est présent le risque croissant d’un retour à la logique de pouvoir, du nationalisme et du populisme aux dépens de la logique du dialogue. Les hommes de bonne volonté sont appelés à faire entendre leur voix pour garantir les droits de tous et des minorités, le respect de la dignité humaine, la coopération internationale et la solidarité. Et c’est là précisément l’esprit avec lequel Malteser International développe ses projets au Bangladesh pour protéger la minorité Rohingya, victime depuis des années de discriminations et de persécutions.

L’écroulement de l’économie libanaise, la crise sociale en cours, la persistance de l’impasse politique menacent la stabilité du pays, acteur fondamental dans la région berceau du christianisme et exemple de cohabitation pacifique de différentes confessions. L’Ordre de Malte au Liban a élargi son réseau de soutien, étendant son rayon d’action pour inclure les plus marginalisés. Nous dirigeons une dizaine de centres médicaux et sociaux et plusieurs cliniques mobiles et, récemment, avons signé des accords de coopération avec deux hôpitaux, fournissant ainsi un nouveau soutien au système sanitaire national, particulièrement affaibli par la crise et par la pandémie. L’association libanaise, à travers un travail remarquable, a également lancé des projets dans le domaine agroalimentaire dans le but de valoriser et contribuer à la subsistance des communautés locales.

Le Liban n’est pas le seul théâtre de crise où opèrent nos agences et structures. Malteser International est en effet activement engagé en Haïti, frappé par un nouveau violent tremblement de terre en août dernier, après celui, dramatique, de 2010, pour la reconstruction de différentes écoles et structures sanitaires.

L’été dernier, l’Allemagne aussi a été au centre du travail de l’Ordre de Malte suite aux inondations catastrophiques qui ont frappé certaines régions. Plus de 2 000 bénévoles venus de toute l’Allemagne se sont mobilisés pour aider les personnes touchées. Une fois encore, nos bénévoles ont travaillé avec dévouement et professionnalisme, composant avec des horaires exténuants et des moments de grand désespoir causés par le caractère dramatique de l’événement qui a fait de nombreuses victimes, détruit des maisons et des infrastructures.

La présence et l’offre sanitaire de nos structures médicales en Afrique augmentent d’année en année. Récemment, Malteser International a inauguré un nouveau Centre opérationnel d’urgence pour le service public d’ambulances à Nairobi, au Kenya. Le projet prévoit aussi la formation de secouristes et vient s’ajouter aux nombreux projets en particulier de diagnostic, soin et prévention de la tuberculose et du Sida/VIH.

Parallèlement, notre présence au Bénin aussi continue de se développer. L’hôpital dirigé par l’Ordre de Malte France à Djougou, dans le Nord du pays, est un centre de référence nationale pour les soins aux jeunes mères et aux enfants. C’est le seul hôpital de la région, au carrefour entre le Togo, le Burkina Faso, le Niger et le Nigéria, à disposer de salles équipées pour des opérations chirurgicales et doté d’un laboratoire essentiel pour l’ensemble du territoire.

Je rappelle également le précieux travail mené par les médecins et infirmiers de l’Hôpital de la Sainte Famille à Bethléem où, chaque année, 4 000 nouveau-nés environ voient le jour. Un phare d’espoir dans une terre tourmentée, où la crise pandémique a aggravé les conditions de vie de nombreuses familles avec la sensible augmentation des accouchements prématurés qui en découle. De 1990 à aujourd’hui, plus de 90 000 enfants sont nés à l’Hôpital de la Sainte Famille et plusieurs milliers ont été pris en charge en raison de leur naissance prématurée ou de maladies congénitales.

Protéger mais aussi valoriser des cultures différentes et favoriser l’intégration des minorités reste une pierre angulaire de l’activité sociale menée par l’Ordre de Malte qui, ces derniers mois, a ouvert le vingt-deuxième centre social pour la communauté Rom. La nouvelle structure, en Ukraine, vient s’ajouter à celles déjà opérationnelles dans de nombreuses régions de l’Europe de l’Est : Hongrie, Roumanie, Albanie, Croatie, qui offrent en particulier aux enfants des activités récréatives et didactiques pour améliorer leur intégration et enrayer le décrochage scolaire.

La mission millénaire de l’Ordre de Malte s’exprime au quotidien dans le service de cantines sociales, de distribution de repas et d’assistance aux personnes les plus seules et marginalisées, dont la situation a empiré avec la pandémie. Plus de cinq millions de repas sont distribués chaque année dans

le monde, de l’Europe aux Amériques, en passant par l’Océanie. Récemment, une délégation de l’Union européenne, lors de sa visite de la cantine sociale “Pape François”, dirigée par l’Ordre de Malte à Pompéi, n’a pas hésité à la définir comme une “cinq étoiles” pour sa propreté, son ordre, la qualité des aliments et son organisation.

Avec le même sérieux et le même engagement, nous continuons de nous occuper des personnes âgées en cherchant aussi à contribuer aux progrès médicaux dans le domaine de la démence sénile. Les programmes développés dans de nombreux centres de soins pour personnes âgées se basent sur une approche holistique : la personne est considérée selon ses exigences les plus profondes. Les besoins physiques sont assimilés aux besoins sociaux, spirituels, de relations, de stimulation cognitive.

*********

L’activité diplomatique de l’Ordre de Malte a contribué à la réalisation de toutes les activités humanitaires que je viens de citer. Promouvoir le dialogue interreligieux et reconnaître le rôle fondamental que les leaders, les institutions et les organisations religieuses jouent dans les régions de crise est un thème de plus en plus au centre de l’action de l’Ordre de Malte. Le Religious Compact, un document né de la collaboration entre représentants de fois différentes sur une initiative de l’Ordre, vise précisément à mettre en évidence ces principes partagés par les principales religions où nous reconnaissons les valeurs de fraternité, de solidarité et de respect des principes humanitaires.

Et cela a été le thème central du G20 des Religions qui s’est tenu à Bologne au mois de septembre dans le cadre du G20 organisé sous la présidence italienne. Inspiré par le thème “Temps de soigner”, l’Ordre de Malte, dirigé par le Grand Chancelier Albrecht Boeselager, a apporté sa contribution en participant à de nombreuses rencontres centrées sur le rôle des institutions religieuses dans les théâtres de crises et sur la promotion des droits de l’homme à la lumière des nombreuses crises en cours dans le monde : de la crise pandémique aux guerres qui embrasent l’Afrique subsaharienne et le Moyen-Orient.

La participation de l’Ordre de Malte aux débats et séminaires internationaux continue de croître. Au mois de novembre, nous avons participé au Global Interfaith Summit dans le cadre de l’Expo qui s’est tenue à Dubaï. Un rendez-vous auquel ont participé des dirigeants de premier plan des pays arabes et des représentants de la religion musulmane, juive ainsi que chrétienne. Au cours de cette visite aux Émirats Arabes Unis, nous avons eu des entretiens de haut niveau avec différents ministres. De telles rencontres et la participation au sommet ont été une fois de plus l’occasion de promouvoir la valeur et l’importance du dialogue interreligieux et de montrer l’engagement de l’Ordre de Malte dans cette direction. Engagement qui sera renouvelé en février prochain, avec l’organisation d’un débat sur migrations et sécurité, à l’occasion de la Conférence sur la sécurité de Munich, le forum annuel le plus important sur ce sujet, auquel l’Ordre de Malte participe depuis plusieurs années.

Un autre exemple de l’engagement de l’Ordre dans la promotion des droits de l’homme est l’organisation en février dernier du cours pour fonctionnaires libyens sur la protection des migrants et des réfugiés, avec l’Institut international de Droit humanitaire de San Remo, auquel ont participé différents représentants de gouvernement et d’institutions libyennes. La Libye reste un sujet brûlant sur l’échiquier géopolitique aussi bien en raison de son instabilité politique que pour les flux migratoires qui ont recommencé à croître, comme le savent bien les secouristes du Corps italien de secours de l’Ordre de Malte à bord des unités italienne qui interviennent pour porter secours aux naufragés de la Méditerranée. Il s’agit d’un phénomène étroitement lié au trafic d’êtres humains que l’Ordre de Malte, à travers ses ambassadeurs extraordinaires pour l’élimination du trafic d’êtres humains et ses missions permanentes auprès des Nations Unies à New York et à Genève, condamne sans appel. Plus de 16 événements en ligne, avec plusieurs centaines de participants de plus de 100 pays, ont été organisés au cours de l’année pour accroître la sensibilisation au sein de la communauté internationale à ce phénomène criminel et odieux.

Dans le cadre de la présidence italienne du G20, au mois d’octobre, nous avons organisé une conférence sur la télémédecine, un secteur qui, comme l’a rappelé le Grand Hospitalier Dominique de La Rochefoucauld-Montbel, a connu une grande accélération suite à la crise pandémique.

*********

Bien que l’année qui vient de se conclure ait été marquée par de fortes restrictions, notre activité institutionnelle a été très fertile. En témoigne l’établissement des relations diplomatiques avec la République Hellénique et avec le Royaume du Lesotho qui élève le nombre de pays avec lesquels l’Ordre de Malte entretient des rapports diplomatiques à 112.

La présence de l’Ordre de Malte au sein d’instances internationales est en augmentation comme le démontre sa récente admission en tant qu’Observateur permanent à l’Union Interparlementaire, l’organisme international qui réunit les parlements du monde entier dans le but de soutenir la paix et la coopération entre les peuples et de renforcer les institutions parlementaires.

Les excellents rapports qui nous lient à l’Allemagne ont été encore renforcés par la visite du président allemand Frank-Walter Steinmeier, en octobre dernier toujours. Une occasion pour faire le point sur les nombreux projets conjoints dans le champ humanitaire, du Liban à l’Irak.

En confirmation des solides rapports en place, en mai dernier, j’ai reçu le président de la Lettonie, Egils Levits, qui a exprimé sa profonde reconnaissance pour la mission de l’Ordre et pour l’assistance portée aux personnes les plus vulnérables.

À l’occasion des 70 ans de relations diplomatiques, la ministre des Affaires étrangères du Salvador, Alexandra Hill Tinoco, a été reçue au Palais Magistral. Une rencontre cordiale et fructueuse au cours de laquelle a été soulignée la présence de l’Ordre de Malte qui fournit dans le pays d’Amérique centrale des aides humanitaires et un soutien à la population grâce à un réseau de cliniques.

En 2021, nous avons en outre fêté les 30 ans du Corps de secours de l’Ordre de Malte an Lituanie qui dirige des programmes médicaux et sociaux dans 30 villes, assistant personnes âgées, dans le besoin, handicapés et enfants de familles défavorisées. Pour l’occasion, des rencontres de haut niveau se sont tenues, à commencer par celle avec le président de la Lituanie, Gitanas Nausėda.

Au cours de l’année, ont été reçus également les ministres des Affaires étrangères d’Argentine, de Serbie, de Palestine, de Côte d’Ivoire, du Salvador, d’Estonie, du Panama, de la Grèce et deux vice-ministres de Russie.

Les grands défis et changements brutaux imposés par la pandémie, et ses conséquences sociales et économiques de grande ampleur, en plus de ses conséquences médicales, ont été au centre de la réunion de travail entre le Grand Chancelier, Albrecht Boeselager, et plus de 20 ambassadeurs de différents pays européens, qui s’est tenue à Rome dans la Villa Magistrale, en juin dernier, confirmant des rapports de plus en plus solides avec les pays européens.

*********

Ce que vous avez entendu jusqu’à présent a été possible avant tout grâce à la souveraineté de l’Ordre,
élément fondateur de notre constitution.C’est cette souveraineté qui a permis à l’Ordre de Malte de construire son vaste réseau de relations internationales à travers sa propre diplomatie, engagée dans le soutien constant de sa mission humanitaire séculaire.

Les travaux pour la réforme de notre Charte constitutionnelle ont continué l’année dernière et sont à un stade avancé. Au cours des prochaines semaines, de nouvelles rencontres sont prévues pour continuer à analyser et examiner les questions en suspens. Un Chapitre général extraordinaire sera convoqué pour approuver la réforme quand sera atteint le plus grand consensus possible sur toutes les questions principales.

Votre Excellence Monsieur le Doyen, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, c’est avec des vœux de paix, de santé et de sérénité que je conclus notre traditionnel rendez-vous de début d’année. Je remercie de tout cœur tous ceux qui se sont connectés pour suivre cette audience. Je suis certain que malgré les défis qui nous attendent encore, notre collaboration et notre solidarité pour aider les plus nécessiteux ne faibliront pas.

discours lieutenant grand maitre fra marco luzzago corps diplomatique accredite ordre souverain malte

Ordre Souverain Militaire et Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem de Rhodes et de Malte.

Palais Magistral, Via Condotti, 68 – Rome – Italie

Tél. +39.06.67581.1 | [email protected]