Ordre Souverain Militaire et
Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem de
Rhodes et de Malte

L’icône de Panaghia tes Phileremou

25/02/2002

Pour la première fois, une scientifique italienne, Giovannella Bertè Ferraris di Celle, a été autorisée à étudier et à photographier l’icône de la Madonna del Fileremo découverte récemment au Monténégro. Cette scientifique vient de publier un ouvrage intitulé “l’icône de Panaghia tes Phileremou” consacré à cette fameuse icône dont on ne connaît encore que très peu de choses.

L’auteur, une spécialiste de l’histoire de cette icône puisqu’elle a mené de nombreuses recherches relatives à cette peinture au cours des années 80 (La Madonna del Fileremo, Giovannella Ferraris di Celle, Verona 1988), s’est rendue au Monténégro en 1997 à l’invitation de la direction du Musée National afin d’authentifier l’icône et de confirmer que celle-ci était bien la fameuse “Madonna del Fileremo” conservée à Rhodes, puis à Malte, puis en Russie et enfin en Yougoslavie où elle a disparu pendant la seconde guerre mondiale. À la vue de la précieuse peinture, l’auteur a tenu à compléter son étude par de nombreux documents iconographiques et a pour cela obtenu l’autorisation de photographier l’icône une fois débarrassée de sa couverture dorée offerte par le Tsar Paul 1er de Russie et qui la protège toujours aujourd’hui.

Les résultats de l’étude ont fait l’objet de sa thèse de doctorat à la faculté des sciences ecclésiastiques orientales de l’Institut Pontifical Oriental de Rome. L’ouvrage qu’elle vient de publier contient la partie de sa thèse consacrée à la description matérielle et formelle de l’icône ainsi qu’à une évaluation esthétique de la peinture, le tout précédé d’ une histoire de l’évolution de l’icône, illustrée de documents photographiques attestant de l’état actuel de l’icône.

“La Panaghia tes Phileremou”, extraits de la thèse de doctorat de Giovannella Bertè Ferraris di Celle, Rome 2001, Ed Renato Ferraris (24×17 cm.;72pp.;Tavv.13 b/n; I.S.B.N.88-900725-9-8; Euro 12,40).